Présentation du séminaire

Notre vocabulaire artistique fait aujourd’hui grand usage de la métaphore scientifique de « l’expérimentation » ainsi que de celle de « laboratoire » : métaphores tellement communes que nous avons oublié ce qu’elles désignaient originellement.

Il s’agit, dans ce programme de recherche, de questionner ce vocabulaire en revenant à sa source, les sciences expérimentales du XIXe s et tout particulièrement la médecine ; il s’agit également de se demander si et quand le théâtre s’inscrit dans un véritable paradigme expérimental ou bien si l’expérimentation n’est pas plutôt une métaphore pour désigner le travail artistique ; il s’agit enfin de réinterroger ce vocabulaire aujourd’hui, dans le cadre de nos pratiques scéniques.

Le séminaire fédère l’unité de recherche de l’ENSATT avec des chercheurs de l’Université Lyon 2 ainsi que de l’Institut des Arts de l’ENS-Lyon ; il est ouvert aux chercheurs, artistes et doctorants en théâtre. Il est également en partenariat avec le Laboratoire Junior en études théâtrales de l’ENS Lyon.

Projet scientifique

A l’heure où le développement de la recherche est devenu un enjeu essentiel dans les écoles d’art et alors que le mot lui-même de « recherche » reste confus ou flottant dans son champ d’application artistique, je propose un programme de recherche – à la fois théorique et pratique, universitaire et sur le plateau – visant une élucidation des potentiels de la recherche dans le théâtre. Il doit notamment viser à montrer comment la présence de la recherche et du paradigme scientifique n’a cessé de travailler les pratiques de la scène moderne depuis la fin du XIXe siècle, qu’elle n’est donc pas une question qui a brutalement surgi des accords de Bologne, et qu’on peut la repérer et la nommer à travers le terme scientifique, devenu essentiel dans le champ artistique moderne, de l’expérimentation. L’hypothèse de cette recherche est que l’émergence de la recherche dans les pratiques scéniques peut se comprendre comme un glissement de la représentation vers l’expérimentation, ou plus largement comme leur conjonction ou leur interdépendance.

Ce programme suppose de faire retour sur le moment décisif où, à la fin du XIXe siècle, Émile Zola a proposé de repenser la pratique artistique à partir du modèle des sciences expérimentales, et notamment de la médecine de Claude Bernard. Au théâtre, le basculement d’un art de la représentation à un art de l’expérimentation sous-tend ainsi la naissance de la mise en scène moderne, qui n’aurait sans doute pas pu émerger sans lui. Le vocabulaire de l’expérimentation s’est plus tard diffusé dans le champ du théâtre, donnant lieu aux notions multiples de « théâtre expérimental », de « laboratoire », de « théâtre de recherche » ; les significations de la recherche, dans ce processus de diffusion, se sont tour à tour multipliées, affaiblies et réinventées, aboutissant à un certain brouillage notionnel dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui – d’où la nécessité de repenser de telles significations, et de rouvrir des champs d’exploration.

Deux questionnements fondamentaux sous-tendent la problématique générale de cette recherche :

1/ L’expérimentation théâtrale (et plus globalement artistique) est-elle un processus de recherche qui doit véritablement se penser sur le modèle épistémologique des sciences, s’inscrire dans un paradigme scientifique, ou est-elle une métaphore pour désigner les pratiques modernes ? Et si elle est une métaphore, quel espace de créativité et de recherche ouvre-t-elle ? quels déplacements de la pensée permet-elle ?

2/ Quels ont été les objectifs des pratiques dites expérimentales dans le théâtre du XXe siècle ; comment ont-ils été pensés, nommés, et comment penser leur actualité ?

Mireille Losco-Lena

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search