La répétition de théâtre peut-elle être un lieu d’expérimentation et de recherche ? / Guillaume Lévêque

20/11/2013 – Séance n°2 du séminaire Représenter/Expérimenter pour l’année 2013-2014.

Mireille Losco-Lena a assisté aux répétitions des élèves de l’ENSATT avec Guillaume Lévêque, acteur et metteur en scène, co-directeur du département Mise en scène à l’ENSATT. Cette observation a permis, autour de la question de l’expérimentation, de concrétiser le dialogue entre la recherche de type universitaire, représentée par Mireille Losco-Lena, et la pratique du plateau. Comment la question de l’expérimentation se pose-t-elle concrètement durant le travail de répétition au sein de cet atelier pédagogique ? Il est de prime abord paradoxal de poser cette question à Guillaume Lévêque, qui ne se reconnaît pas dans les termes de « théâtre de recherche » ou « d’expérimentation ». Pour lui, la répétition ne sert pas à chercher, mais à trouver concrètement. Il refuse de comparer son travail avec un protocole d’expérimentation trop étroitement scientifique.

Cependant, dans sa pratique, la répétition commence par la constitution des données d’un problème, avec une série de formulations aboutissant à une hypothèse de travail, suivie d’une vérification sur le plateau. Cette démarche est comparable à une démarche expérimentale, qui commence par un problème à résoudre, et dont le but est de vérifier une hypothèse. Mais la pensée théâtrale n’est pas une pensée rationnelle ; ainsi la constitution du problème et sa résolution se font par le biais d’une pensée torve, comparable à la mètis grecque. De plus, l’enjeu de la répétition au théâtre est d’être capable de refaire. Construire un problème permet de refaire car celui-ci amène à trouver et à étayer ce qui va provoquer la mise en travail de l’acteur. Ainsi le problème n’aboutit pas à sa résolution. Il est plutôt le moteur de l’expérience du plateau, qui est l’objectif en soi.

Sur le plan de la pratique théâtrale, Guillaume Lévêque s’en remet donc à l’expérience et en fait l’endroit du critère de « réussite », qui validera les choix finaux. Cela résonne d’une autre manière avec l’idée d’expérimentation dans la mesure où sur le plateau, la pratique fait autorité, comme l’expérience pour les scientifiques expérimentateurs. « Le plateau fait critère » : le travail est heuristique, il passe par l’épreuve de l’expérience.

Celle-ci ne vise pas à découvrir quelque chose de nouveau. Guillaume Lévêque dit être à la recherche non pas de la nouveauté, mais des « équilibres ». Son objectif est, à l’intérieur d’une situation particulière, de trouver la manière de faire interagir les données pour arriver à un endroit « juste ». Pierre-Damien Huygue donnait une définition de la recherche comme visant à révolutionner les paradigmes (Cf. compte-rendu de la séance précédente). Ici il s’agit plutôt d’une recherche dans le sens où le travail heuristique passe par l’expérimentation. Il s’agit de « faire interagir une multiplicité de paramètres pour essayer d’en détecter l’équilibre ».

Milena Mogica-Bossard


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *