Les Sondes de la Chartreuse : décloisonner, expérimenter, partager / Franck Bauchard

Actuellement directeur de La Panacée à Montpellier, centre d’art dédié à l’art contemporain, à l’art numérique et aux nouvelles formes d’écriture[1], Franck Bauchard a, dans son parcours au sein de différents établissements culturels, constamment interrogé la définition de l’institution au regard d’une problématique contemporaine : l’avènement du numérique et les transformations qu’il opère au sein de nos sociétés.

Ayant dirigé La Chartreuse de Villeneuve-Lès-Avignon de 2007 à 2011, il a pu y développer un dispositif artistique expérimental, Les Sondes, qui prennent directement acte de notre entrée dans l’ère numérique :

« Une sonde n’est ni un colloque, ni un atelier ou une conférence mais un processus d’expérimentation, impliquant des personnes de pratiques et d’horizons différents. Elles mêlent par exemple des artistes et des scientifiques, des artistes et des techniciens des différents [arts] de la scène, des disciplines artistiques (théâtre et art Internet …), et au sein de la Chartreuse des artistes en résidence et des artistes non-résidents. Son objectif est de rendre possible leur rencontre autour d’une thématique en lien avec leurs pratiques et de pouvoir en observer les résultats grâce à des regards extérieurs (des journalistes, des critiques, des chercheurs[2]…). »

Se définissant comme Centre national des écritures du spectacle, La Chartreuse est un lieu de recherche artistique avant d’être un lieu de spectacle. Mettant en place un « processus d’expérimentation », le dispositif des Sondes accorde une place privilégiée à la question du médium numérique et des possibilités d’écritures nouvelles que celui-ci induit ou propose. Bien plus qu’un outil – ce qui le réduirait à une pure fonction instrumentale et consciente, maîtrisée –, le numérique y est compris comme un médium, capable de transformer et d’inventer de nouvelles relations entre le sujet, son milieu et son rapport aux autres, de nouvelles manières de créer. Cette recherche part du constat que la technologie numérique fait partie de notre quotidien : longtemps abordé du point de vue de l’image, il est pris, dans le cadre des Sondes, comme une écriture à part entière, posant les mêmes questions que l’invention de l’imprimerie à la fin du XVe siècle. Le numérique, dans les rapports nouveaux entre réalité et écriture qu’il instaure, peut entraîner des mutations anthropologiques qu’il s’agit, à travers les Sondes, d’étudier et de caractériser. L’homme contemporain n’est plus seulement un lecteur ni même un spectateur ; il est aussi un gamer, un adepte des réseaux sociaux, un homme en constante immersion dans les média devenus un véritable milieu, un environnement. Sa pratique de fréquentation des œuvres et plus encore du spectacle vivant et du théâtre s’en trouve forcément bouleversée et les expérimentations menées à La Chartreuse questionnent justement cette multi-dimensionnalité des pratiques contemporaines associées à un changement du statut de l’écriture et de ses modalités. Ancien monastère, La Chartreuse est un lieu de mémoire à part entière qui n’a donc eu de cesse de rendre compte de ce que peut vouloir dire la « transmission » à travers d’abord, la conservation des textes imprimés. Les Sondes s’inscrivent dans cette perspective en interrogeant les possibilités d’écriture permises par le médium numérique, d’écriture sur de nouveaux supports, « en dehors du livre » pourrait-on dire. Elles « explorent » les potentialités de l’environnement numérique, ce qui suppose une expérimentation non pas tiède mais totale et non soucieuse d’un aboutissement proprement spectaculaire, du moins dans la forme traditionnelle d’une représentation incluant un rapport entre acteurs et spectateurs. « On ne peut pas expérimenter un peu » souligne Franck Bauchard. L’enjeu d’une telle recherche est en ce sens de pouvoir inventer du théâtre, du spectacle vivant qui refuserait de considérer le livre, ou plutôt l’imprimé, comme élément premier (et supérieur) de création. Cela ne veut pas dire que les artistes participant aux Sondes ont absolument pour objectif de produire de la nouveauté – ce qui ne veut pas dire grand-chose – et de renoncer au texte par exemple. Les Sondes, parce qu’elles explorent aussi le temps, portent un regard sur les formes spectaculaires du passé, comme le montre par exemple la Sonde illusion.com, expérimentation réalisée à partir de l’Illusion comique de Corneille – dont on sait qu’il accordait une attention toute particulière à la publication de son œuvre et donc, à son propre statut d’auteur – et réunissant quatre « auteurs » autour d’une « expérience numérique non programmée[3] » mettant en œuvre un espace d’écriture multi-supports (réseaux sociaux, sites de rencontres, jeux en ligne, mails…). Le dispositif mis en place questionne tout à la fois le statut de l’œuvre et de l’auteur : comment lit-on ce texte ? L’œuvre a-t-elle un caractère fini ? Peut-on parler à juste titre d’auteur(s) à propos de cette démarche collaborative ? Quel rapport à la performance ? En quoi internet peut-il redéfinir la performance ? Et comment joue-t-on ce texte, quel plateau inventer pour le recevoir ?

Si les Sondes n’ont pas pour finalité la constitution d’un spectacle, elles sont toutefois le cadre où s’élaborent des mises en relation inédites qui en font un dispositif entièrement en prise avec la société contemporaine. Face à la tentation trop rapide et facile d’opposer théâtre de recherche et aspirations du public, Franck Bauchard affirme que « le droit à l’expérimentation nous apparaît comme la condition d’existence d’un authentique théâtre populaire », théâtre qui met en relation artistes et scientifiques et invente de nouvelles pratiques spectatoriales, théâtre qui prend acte du monde et de la société d’aujourd’hui et ne vise donc nullement la maîtrise d’une forme spectaculaire aboutie. C’est aussi en ce sens que l’espace de recherche n’est pas à proprement parler un laboratoire artistique : ce dernier inclut le contrôle d’un ensemble de paramètres permettant au chercheur de réaliser une expérience en vue de confirmer ou d’infirmer une hypothèse de départ. Le terme « Sonde », emprunté à Marshall MacLuhan – théoricien de la communication entre autres – rend possible une forme de chaos, inexistante dans le cadre du laboratoire. La Sonde est, comme le dit lui-même Franck Bauchard, une « stratégie de déverrouillage du cliché », un activateur de pensées nouvelles, dont s’emparent tout autant les artistes que les scientifiques, ingénieurs, techniciens présents sur chaque projet. À la différence du laboratoire, chapeauté par un chercheur, la Sonde doit être collective et ne souffre donc pas de hiérarchie entre les différentes fonctions. Là où elle emprunte toutefois à la pensée scientifique, c’est dans son objectif de mettre en relation des ensembles antithétiques dans l’objectif de créer une perturbation féconde, qui remet en cause les acquis de chaque discipline. Un partenariat art/sciences a ainsi été développé pour exploiter les possibilités du robot au théâtre : la Sonde 07#07 (2008), sous-titrée Variations pour 5 acteurs et des machines humanoïdes, a réuni, entre autres, l’École Régionale d’Acteurs de Cannes (ERAC) et le Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier (LIRMM). Si le terme robot provient de l’univers théâtral[4], il s’agissait alors d’étudier le comportement de l’acteur avec un robot, les interactions entre le vivant et l’artificiel. L’espace théâtral est en ce sens un espace intermédiaire qui intéresse les chercheurs : à mi-chemin entre le laboratoire scientifique (où le robot est simplement programmé et ne peut pas interagir avec l’humain) et la rue (où la quantité d’informations à traiter est trop importante pour le robot et empêche l’interaction), le théâtre est un environnement complexe mais où, dans le cadre d’une étude des interactions homme/machine, il est possible de mesurer les variables en direct. En ce sens, le théâtre est « réceptacle et producteur de technologies » selon Franck Bauchard : réceptacle parce qu’il est le lieu d’une expérimentation à caractère technologique, producteur parce qu’il conduit les roboticiens, par les problématiques artistiques qui sont au cœur du projet, à fabriquer de nouveaux objets. C’est ainsi que La Chartreuse a demandé à LIRMM un « robot qui ne sert à rien et qui ne ressemble à rien », de manière à mieux interroger la façon dont l’humain perçoit et considère cet « autre » artificiel. L’interrogation que soumet directement le théâtre à la science, c’est celle du type de présence de ce non-humain. Dès ses origines, le théâtre n’a eu de cesse de poser cette question à travers la figure de l’acteur : homme mais aussi marionnette, machine, objet, celui qui agit sur scène est marqué par l’hétérogénéité d’une présence-absence[5], que le robot contemporain ne fait que présenter sous une forme « fantomatique » encore plus aboutie. La présence robotique introduit de l’imprévisibilité et de l’aléatoire dans l’espace scénique qui rejoue, d’une certaine manière, la définition du spectacle « vivant », en direct.

L’enjeu des diverses Sondes est donc de questionner toujours ce que peut le medium théâtral (comme rencontre d’acteurs et de spectateurs au sein d’un espace et d’un temps communs) au regard des autres médias. C’est dans cette perspective par exemple qu’on peut comprendre l’expérimentation menée par la Sonde 03#09, CNN- Chartreuse News Network, dont l’objectif était de confronter les modalités du spectacle vivant au flux continu d’informations produit par les médias (journalistiques)[6]. Comment une proposition théâtrale peut-elle prendre en compte l’actualité ? Le public était alors invité à certains moments du processus à venir observer et participer aux échanges. Le spectateur change alors de statut : puisqu’il n’y a pas de spectacle à proprement parler, sa position est modifiée ; il devient témoin. En tant que dispositif expérimental, la Sonde fait donc voler en éclats la plupart des figures constitutives d’une certaine définition de l’art théâtral : le spectateur, l’acteur, l’œuvre, l’auteur, le texte. Quel est le destinataire de l’expérimentation ? Quelles modalités de jeu et quelle qualité de présence induit-elle ? Quelle écriture invente-t-elle en dehors ou à côté du livre ? Quel est le statut de l’œuvre ? Comment penser une écriture spectaculaire collective ?

Ces questions, explorées notamment par les différentes Sondes, semblent ainsi nécessaires pour inventer un art qui, à côté de celui lié à l’imprimé ou à l’image, est en prise avec le monde contemporain selon des modalités qui lui sont propres. L’Institution, en tant qu’organisme public financé et contrôlé par l’État, ne fait pas que soutenir le spectacle vivant et « l’innovation culturelle » : elle les produit en délimitant les cadres dans lesquels peut se développer la création contemporaine. De tels lieux, comme La Chartreuse ou La Panacée sont bien plus que les témoins d’un processus artistique ; elles en sont, si l’on veut reprendre une expression de Franck Bauchard à propos du dispositif des Sondes, les « réceptacles » et les « producteurs ».

Emilie Charlet


[2] http://www.chartreuse.org/sondes. Consultation en ligne le 9 juin 2013.

[3] Ibidem.

[4] « Robot », terme inventé par le dramaturge Karel Čapek, dans sa pièce R.U.R (Rossum’s Universal Robots) en 1920.

[5] cf. Franck Bauchard, « Le théâtre est appelé à être moins le lieu naturel de la présence de l’acteur que le lieu de questionnement de la présence. Il peut jouer avec divers types et registres de présence, et les mettre en tension. C’est pour cela que nous avons travaillé à la Chartreuse sur le robot. Avec ces machines autonomes, ces formes de présence non-humaine nous retrouvons  des grandes problématiques du théâtre puisqu’il mettait à l’origine en tension des présences divines, héroïques, spectrales et qu’il questionnait leur hétérogénéité. Le théâtre permet de travailler sur ces questions-là : en quoi un robot est-il présent ? Il est présent dans le sens où l’on programme aujourd’hui des robots capables de s’adapter à leur environnement en développant un comportement autonome et aléatoire, qui génère des effets de présence. Le robot est en quelque sorte un fantôme contemporain… Le robot pose aussi la question : pour quel corps écrit-on ?  C’est pourquoi peut-être le terme a été inventé par un auteur dramatique. » In «Le théâtre au prisme des mutations de l’écrit», Agôn [En ligne], Entretiens, mis à jour le : 19/10/2010, URL : http://agon.ens-lyon.fr/index.php?id=1112.

 

[6] À ce sujet, cf. le compte-rendu d’expérience rédigée par Florence March et disponible sur le site des Sondes de la Chartreuse. http://www.chartreuse.org/sondes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *